Second Départ se Dévoile

Pour plus de témoignages ...

  • Second Départ se Dévoile

    , par Aline

    Réalisé et publié en Septembre 2017, Second Départ se Dévoile regroupe différents témoignages et poèmes de personnes malades de l’alcool et de leurs proches.

    Un livre plein d’émotions qui ne peut qu’être utile à la reconnaissance de la maladie et de la souffrance qu’elle engendre ... Mais aussi remplit d’espoir par les témoignages de personnes abstinentes aujourd’hui qui ont retrouvés leur vie et leur famille.

    Il est en vente à l’association et est au prix de 10 euros !

    Réalisé par Aline Frih
    Edité par la maison d’édition Page à Page de Lille
    Publié grâce au soutien du Club Sociétaires Initiatives - Banque Populaire

  • Réflexion

    , par Aline

    Consommation nocive.

    La seule question qui me vient à l’esprit en ce jour, ce mercredi 26 août 2015, à 11h39, après 23 années et 29 jours d’existence, est "pourquoi ai-je eu un père comme ça ?". Evidemment, personne n’est apte à répondre à ma question et je n’aurais sans doute jamais de réponses valables à part que "c’est la vie", "il faut vivre avec et avancer". Mais pourquoi ? Un père physiquement présent, mentalement absent, autoritaire, abusif, manipulateur, menteur, culpabilisant, tyran.
    Alors oui, il est 11h44 et j’ai envie de me servir un whisky, je sais très bien les dangers que ce geste peut engendrer... Consommer de l’alcool pour oublier, pour ne plus penser à ses démons, boire pour oublier est fortement une phrase de personne alcoolique... Mais, ce verre que je ne me suis pas encore versé, je ne le conçois pas ainsi mais plutôt comme une sorte de soulagement envers moi-même et non pas envers mes problèmes.
    Est-ce une excuse pour me servir un verre alors que je suis seule chez moi, assise dans le canapé, seule jusque lundi. Que j’ai peur que ma semaine se passe dans la solitude, peur que mes nerfs lâchent si je reste seule à réfléchir sur ce père que je ne devrais pas appeler comme ça, puisqu’il n’a servit qu’à me créer ! Alors je ne sais toujours pas, et mon verre n’est toujours pas versé après 5 minutes de réflexion. Est-ce vraiment raisonnable ?
    Est-ce qu’il va me faire du bien ou me faire plonger dans la tristesse, la mélancolie et la maladie ?
    Sachant que je suis plus apte à entrer en contact avec mon inconscient lors de la consommation d’alcool, ce verre peut risquer de me faire tomber dans une mauvaise passe mais après tout, combien de gens se prennent un petit verre avant de manger ? Et ils ne sont pas alcooliques pour autant, enfin si ... peut-être que si ... mais ...
    Il est 11h53, je vais me faire une cigarette et la fumer avec délicatesse, puis je me servirais ce verre tant voulu.
    On dit que le meilleur moyen de résister à la tentation, c’est d’y céder, alors ? Suis-je considérée comme faible si je le bois ? Non. Oui. Juste un moment de faiblesse, pour m’aider à concevoir les choses d’une manière différente et oublier ce qui vient de se passer.
    M*rde, j’ai utilisé le mot "oublier". Je ne voulais pas que mon esprit pense cela mais cette fois-ci, il a été plus fort et a dit la vérité ... Mes paroles sont vraiment incompréhensibles ! Je vais aller me fumer cette cigarette et me boire ce verre d’alcool pour oublier, tant pis !